Zakouma

Tchad

La Parc

Situé juste au sud du désert du Sahara et au-dessus des régions fertiles des forêts tropicales humides, l’écosystème du Grand Zakouma se positionne comme refuge principal des espèces sauvages d’Afrique centrale et de l’Ouest.

© Kyle de Nobrega

Le Parc National de Zakouma au Tchad représente l’une des histoires de transformation les plus remarquables d’Afrique. Entre 2002 et 2010, 95% des éléphants des parcs ont été braconnés: près de 4.000 ont été tués pour leurs défenses d’ivoire. Les braconniers abattaient souvent plusieurs unités familiales en même temps. Non seulement ils détruisaient la faune du parc, mais ils causaient également des ravages parmi les populations locales. En 2010, African Parks, à l'invitation du Gouvernement Tchadien, a signé un accord à long terme pour gérer Zakouma et mettre fin à l'effusion de sang. Notre première étape a consisté à réviser l’application de la loi, mais ce n’était pas une tâche pour âmes sensibles.

En 2012, six de nos rangers ont été abattus lors de leurs prières du matin. Mais nos rangers à l’esprit indomptable n’ont pas baissé les bras. Grâce à leurs efforts et au travail communautaire efficace, seuls 24 éléphants connus ont été victimes du braconnage depuis 2010. Parallèlement à l'application de la loi, nous avons créé des «Ecoles Eléphants» pour les communautés locales. Nous avons fourni des pupitres, des tableaux noirs et le salaire de professeurs, aidant ainsi 1.500 enfants à accéder à l’enseignement. Nous avons construit des pistes d'atterrissage et des radios VHF ont été installées afin que les membres de la communauté puissent contacter notre salle de contrôle en cas d’informations sur toute activité illégale. Les gens ont été employés pour aider à gérer le parc, faisant de Zakouma l'un des plus grands employeurs de la région. Avec le respect de la loi et la restauration de la sécurité, les touristes ont commencé à venir, fournissant les revenus nécessaires au parc et aux communautés locales.

© Kyle de Nobrega

Avec le rétablissement de la paix dans la région, quelque chose de miraculeux s'est produit. Les éléphants ont pu redevenir des éléphants, et pour la première fois depuis des années, ils ont commencé à se reproduire et à élever leurs petits. Au début de 2018, nous avons dénombré 103 éléphanteaux de moins de trois ans. En 2011, nous n’en avions compté qu’un seul. La population d'éléphants a maintenant dépassé 559 individus et est en augmentation pour la première fois depuis une décennie. En octobre 2017, nous avons doublé notre empreinte autour de Zakouma en signant un protocole d'accord avec le Gouvernement pour gérer le grand écosystème de Zakouma, qui comprend la Réserve de Faune de Siniaka Minia et d'autres corridors fauniques essentiels. L’histoire de Zakouma est celle d’un parc qui renaît de ses cendres et devient un conte improbable de rédemption, tant pour les gens que pour les animaux.

Faits Saillants

  • Zakouma a été déclaré parc national en 1963 par Décret Présidentiel, ce qui lui confère la forme de protection la plus élevée offerte par les lois tchadiennes.
  • © Kyle de Nobrega
    En l'espace de deux ans après la prise en charge de la gestion, African Parks a complètement arrêté le braconnage des éléphants dans l'aire de répartition étendue des éléphants.
  • Aujourd'hui, la population d'éléphants de Zakouma est en augmentation, des éléphanteaux ont été observés à partir de la mi-2013 et la population dépasse désormais 550 individus.
  • Les nombres d'autres espèces dans le parc augmentent également, notamment la girafe de Kordofan (dont 50% de la population mondiale se trouve à Zakouma), l'antilope rouanne et le bubale de Lelwel. La population de buffles du parc, réduite à environ 220 animaux en 1986, compte aujourd'hui plus de 10.000 têtes.
  • Des colliers satellites ont été installés parmi les troupeaux d'éléphants, permettant à l'équipe de gestion du parc de les suivre et de déployer des patrouilles sur le terrain en conséquence.
  • En 2018, un partenariat entre les Gouvernements du Tchad et de l'Afrique du Sud a permis à African Parks de transférer une population fondatrice de six rhinocéros noirs à Zakouma, saluant le retour de l'espèce après près d'un demi-siècle d'absence.
  • Les communautés travaillent avec le parc pour assurer la protection de la faune. En étendant le réseau de communication du parc aux villages, le flux d'informations a été amélioré afin que les communautés puissent informer les autorités du parc de toute activité ou menace suspecte.
  • Zakouma est l'un des plus gros employeurs des régions de Salamat et de Guera et offre des possibilités supplémentaires de génération de revenus locaux grâce à l'approvisionnement local en fournitures pour le parc et les camps touristiques.
  • Les visites de sensibilisation organisées par le parc ont permis à environ 3.500 enfants et villageois tchadiens de visiter le parc en 2017.
  • Un certain nombre de nouvelles écoles, appelées Ecoles Eléphants, ont été construites dans des zones situées dans la zone de migration des éléphants et, en 2017, 1.242 enfants ont reçu une éducation dans des écoles soutenues par Zakouma.
  • Le Camp de Tinga, le Camp Nomade et le Camp Salamat du parc ont connu un afflux de touristes locaux et internationaux, créant des emplois et des débouchés commerciaux locaux.

A l’Horizon

Nous prévoyons d’améliorer le programme d’enseignement et d’élargir notre programme d’Ecoles Eléphants et Ecoles Secko au Parc National de Zakouma pour relever le défi d’une population locale dispersée. La création de corridors d'éléphants au-delà des limites du parc est une priorité et le plan de développement touristique sera mis en œuvre afin d'accroître les recettes du parc.

© Marcus Westberg

Partenaires

Le Parc National de Zakouma est géré en partenariat entre African Parks et le Gouvernement tchadien. Le Gouvernement Tchadien et l'Union européenne ont approché African Parks en 2010 pour assumer la responsabilité de la gestion de Zakouma afin de mettre un terme au fléau actuel du braconnage des éléphants. L'accord de mandat a été signé en juin 2010 et African Parks a commencé à gérer le parc et la périphérie en octobre de la même année. En octobre 2017, nous avons doublé notre empreinte autour de Zakouma en signant un protocole d'accord avec le Gouvernement pour gérer le grand écosystème de Zakouma, qui comprend la Réserve de Faune de Siniaka Minia et d'autres corridors fauniques essentiels.

  • The Republic of Chad
    La République du Tchad
    La République du Tchad est le partenaire d’African Parks dans la gestion du Grand Zakouma, un vaste écosystème qui comprend le Parc national de Zakouma et la Réserve de faune de Siniaka Minia. Le gouvernement tchadien, sur le conseil de l'Union européenne, a approché African Parks en 2010 pour assumer la responsabilité de la gestion de Zakouma afin de mettre un terme au fléau persistant du braconnage des éléphants. L'accord de mandat a été signé en juin 2010 et African Parks a commencé la gestion du parc et de la périphérie en octobre de la même année.
  • L’Elephant Crisis Fund (ECF)
    L’Elephant Crisis Fund (ECF), est une initiative financée par le Save the Elephants and Wildlife Conservation Network, en collaboration avec la Fondation Leonardo DiCaprio: un fonds flexible et réactif axé sur l’aide d’urgence et le soutien aux efforts novateurs des ONG pour lutter contre le braconnage, le trafic et l’ivoire. Depuis 2016, l'ECF a fourni plus de 800.000 USD pour des projets catalytiques à travers le portefeuille d’African Parks, y compris à Zakouma, au Chinko, à la Garamba, à la Pendjari et à Odzala.
  • European Union
    L'Union Européenne (UE)
    L'Union Européenne (UE) est un partenaire financier stratégique en Afrique centrale qui a fourni les financements de base pour Garamba, Zakouma et Odzala-Kokoua. Dans le cadre du 11ème Fonds Européen de Développement, l'UE a engagé 20 millions d'euros dans la région du Grand Garamba pour la période 2016-2020 et 10 millions d'euros dans la région du Grand Zakouma de 2017 à 2021. Le Fonds Fiduciaire Bêkou pour la RCA a également pris un engagement de 1,5 million d'euros en faveur du Chinko.
  • Fondation Segré
    La Fondation Segré
    La Fondation Segré est une fondation suisse créée en 1996 qui est engagée à contribuer à la protection de la biodiversité de notre planète à travers la conservation des espèces menacées et de leur habitat, et la restauration des écosystèmes dégradés. La Fondation Segré est devenue un partenaire financier stratégique d'African Parks en 2016 et a soutenu le projet Chinko, le Parc National de Zakouma, les Zones Humides de Bangweulu le Parc National de l’Archipel de Bazaruto et le Parc National Odzala-Kokoua. À ce jour, ils ont fourni plus de 3 millions $US.
  • U.S. Fish and Wildlife Service
    L’US Fish & Wildlife Service (USFWS)
    L’US Fish & Wildlife Service (USFWS) a pour mission de conserver, protéger et mettre en valeur les poissons, la faune, les plantes et leurs habitats. L'USFWS a fourni des subventions pour soutenir nos programmes de lutte contre le braconnage au Chinko, à la Garamba, à Odzala-Kokoua et à Zakouma. En 2017 avec l’USAID, l'USFWS a continué à soutenir la gestion et la protection des aires protégées de la Garamba et du Chinko en Afrique Centrale, ainsi que notre travail avec le WWF dans le paysage forestier du Tri-National Sangha et du Nord du Congo et a apporté un soutien supplémentaire à la surveillance des éléphants à Zakouma.

Visitez le Parc

Cette source de revenus vitale renforce non seulement les liens avec les communautés environnantes, mais assure également la survie du parc et de sa faune.

Réservez votre séjour dans le Parc